Périgny (Calvados)

Accueil > Le bombardier > 8 août 2004 > La presse outre Atlantique > Tennessee (KEYS)

Tennessee (KEYS)

vendredi 4 janvier 2008, par bernadette

Un village français va honorer un pilote d’Elizabethton et son équipage. Article de Thomas WILSON STAR STAFF
John P. KEYS quitta Elizabethton peu de temps après l’entrée des Etats-Unis dans la 2ème guerre. Comme des millions de jeunes américains, il rejoignit les troupes de l’Armée Américaine et se rendit en Europe, Afrique et Asie pour combattre les fronts ennemis. Et comme tant de jeunes américains, Keys n’est jamais rentré.
Le pilote d’une forteresse volante - un B17 -, KEYS et sept membres de son équipage – qui en comptait neuf – furent tués au combat. Leur avion fut abattu pendant une mission de bombardement au-dessus de la France occupée, près d’un petit village nommé Périgny, le 8 août 1944.
Maintenant, 60 ans plus tard, la commune va ériger un mémorial en l’honneur de KEYS et de son équipage. Yann THOMAS, un habitant de Périgny, a informé le STAR du projet d’honorer KEYS et son équipage grâce à une stèle, lors du 60ème anniversaire de leur mort, le 8 août 2004.
KEYS était pilote dans le 100th Bomb Group, 349th Squadron. Avec son équipage, il vola à bord du bombardier « Varga Venus » en France occupée et en Allemagne, en 1944. L’équipage de KEYS comprenait un officier navigant : le copilote Elvin W. SAMUELSON. L’équipage comprenait le 2nd Lt. Patrick H. Lollis, 2nd Lt. Elton Dickens, Sgt. Frank O. Thomas, Sgt. Harry D. Park, Sgt. Peter P. Martin, Sgt. Gilbert A. Borba, Sgt. Joseph A. Costanza, and Sgt. Donald V. Rieger.
Seul le mitrailleur de côté survécut après s’être éjecté de l’avion. Il fut fait prisonnier. Costanza n’était pas du voyage. Le rapport des équipages manquants établit que DICKENS s’éjecta, mais décéda plus tard, le même jour, d’une blessure à la jambe.
Le 100th Bomb Group était connu comme « le Centième Sanglant ». KEYS et son équipage se trouvaient en mission de bombardement au-dessus de la France occupée, près de St Sylvain quand leur avion fut abattu près de Périgny. D’après les rapports de l’US armée relatifs à leur mission, le B17 de KEYS fut touché par la flak au moteur N°2 environ 90 secondes avant de lâcher ses bombes au-dessus d’une zone occupée, près de Périgny.
Le village se trouve dans le département du Calvados - dans la région historique de Normandie –, à environ 30 miles (presque 50 kilomètres) au sud-ouest de Caen. C’est là que les militaires de l’Armée américaine touchèrent les plages normandes dont Omaha le jour du débarquement, le 6 juin 1944.
L’équipage de KEYS avait eu du mal à rentrer en Angleterre, en revenant d’une mission fin mai. Selon un article de presse en date du 2 juin 1944, le B17 était revenu cahin-caha avec un bon moteur et un moteur hors service. KEYS demanda à son équipage « de jeter tout ce qui ne pouvait pas tirer », d’après l’article. L’équipage obéit, balançant les armes mobiles et les munitions, aussi bien que leurs vêtements. THOMAS dit qu’il « jeta ses pantalon, chemise et dessous, en disant `mon pantalon et tout ce que j’ai, je le donne pour ma patrie.´ »
En 1943, la vie moyenne d’un équipage de B17 de la 8th Air Force était de 11 missions.. En 1943-1945, le 100th a perdu 177 avions en action, plus 52 perdus lors d’accidents , un total de 229. Le 100th n’était pas le Group ayant les plus grosses pertes dans la 8th, mais comme les pertes étaient importantes à chaque fois, il a bientôt acquis une réputation de matériel qui avaient difficilement de la chance et le nom de « Bloody Hundredth – le 100eme sanglant – ».
John Perry KEYS était le fils de Mr et Mme J.E KEYS. Une cérémonie commémorant KEYS eut lieu à l’église méthodiste de Elizabethton le 25 avril 1948, d’après les registres historiques du comté.
Commençant en mai 1944, KEYS et son équipage ont effectué des missions de bombardement sur des usines de munitions à Munich et Hamburg, aussi bien que sur des raffineries de pétrole en Allemagne de l’Ouest. Ils avaient 25 missions en territoire ennemi à leur actif quand ils décollèrent le 8 août 1944, d’après l’historique des vols de l’équipage fourni par le site web de la Fondation du 100th Bomb Group. La Fondation entretient la mémoire des vétérans morts en action au-dessus de l’Europe pendant la seconde guerre mondiale. Costanza n’a pas participé à cette mission.
La stèle reproduira le nom de chaque membre de l’équipage, gravé dans une plaque de marbre ou de bronze et sera érigée devant la mairie de Périgny.
Un vétéran de la seconde guerre et ex-prisonnier de guerre, Wright SWANAY, se souvient d’avoir rencontré KEYS comme ils se préparaient tous les deux à s’envoler vers l’Europe. « j’étais à Salt Lake City, dans l’Utah, en novembre 1943, » dit SWANAY. « John était pilote et on nous assignait à nos équipages. On ne s’est jamais revus depuis. »
SWANAY dit que lorsqu’ils eurent leur affectation, ils se serrèrent la main et s’en furent à leur commandement. Ce fut la dernière fois qu’il vit KEYS. SWANAY dit que KEYS est l’un des trois hommes dont il se souvient à chaque « Memorial Day », en tant que vétéran et camarade d’Elizabethton qui répondit à l’appel du devoir et donna sa vie pour la liberté.
« Je fus abattu et ils furent abattus » dit SWANAY « et je fus celui qui revint ».
La liste des membres de l’équipage et de leur résidence répertoriés sur le site du 100th Bomb Group sont :
* 1st Lt. John P. Keys, pilote, Elizabethton, Tennessee.
* Flight Officer Elvin W. Samuelson, co-pilote, Montgomery, Illinois.
* 2nd Lt. Patrick H. Lollis, navigateur, Kansas City, Montana.
* 2nd Lt. Elton Dickens, bombardier, Spokane, Washington.
* T/Sgt. Frank O. Thomas, radio operateur, Rutland, Vermont.
* T/Sgt. Harry D. Park, mitrailleur de tourelle supérieure, Galesburg, Illinois.
* S/Sgt. Peter P. Martin, mitrailleur de tourelle ventrale, San Francisco, Californie.
* S/Sgt. Gilbert A. Borba, mitrailleur de côté, Salinas, Californie.
* S/Sgt. Donald V. Rieger, mitrailleur de queue, Lathrop, Californie.